Dessus-dessous

Noir mon autre corps
Blanc mon autre asile

Aux portes des républiques :
le cheval d’avant-garde,
orange est la robe,
noire est la muse.
La licorne et la logeuse sur le dos

diphtonguent les vents de Mama,
terrassent les auvents et l’air plein
face à la clarté de nos rayures d’habits,
sous lesquels nous ne pouvons plus vendre.

Courbent les rayons du cœur
au-dessus des herbes électriques,
(les herses les câbles et les pays)
une maladie Sepsis /
Soûls,  nous habitons les secteurs de haute sécurité,
sous les lattes aussi  sous les lattes aussi

où le vent luit comme immortel,
au-dessus aussi :
une syllabe non prononcée,
un vers sans récit.

Mes bras résinent. Le canon est immobile.
Le camarade des toundras dans le bleu-sang,
des étoiles partout jaunes, roses,
barbouillé de crachats et de plaques,
sa casaque aux éclats amers.
Dans les carrés du paître : crucifié sur les pierres,
les yeux comme des culs de bouteille
si bien qu’il sait l’envers du soleil
quand il se couche sous la mer.

Nos galaxies,
si gaz,

la nuit.

Et la Joie ? Et la Joie qui fait le velours sur le ciment et l’ardoise.

D’un coup de rein, monter aux escales géantes une allée pentue géante & une lumière.

Marcher jusqu’au tramway de Jusquiame
à la hauteur du Tom,
rire aux cabots des cimetières
et garder sa viande,

chargé de figues et de sel, chargé des miels non tempérés,
(des engrois et des farces)
tout couvert de la coiffe des écorces des grands arbres
les grands arbres qui disent Octobre :

le Haut-Lieu du Livre-Roux.

Le Livre des Caravanes modernes qui se référence dans les bibliothèques migrantes et non cirées
celles que l’on visite les poches vides
pour ne pas faillir,
pour garder son silence sous les gilets de la terre.

Dans les charbons j’attends le préposé aux certifications
aux écritures certifiés aux amendes honorables les dirigeables les grands dirigeables qui s’abattent sur les cimes en scharzwald ce fracas sans note. Sec est

Prêle est ma lettre
Beau sera belle la fortification
et les plans du damier pour enfin ressusciter la transmission.

Cachés sous les laines,
les jours sont noirs.
Dans le registre,
je n’ai pas d’âge sauf celui de ton nom Liberté.

 

© Coline Termash – Droits Réservés –

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s